contrefaçon telephones

Eurobsit : Wiko attaqué pour contrefaçon

Dans un communiqué publié il y a quelques jours, Gilles Pech de Laclause, co-fondateur de Wico, a annoncé avoir lancé une action en contrefaçon de 30 millions d’euros devant le TGI de Paris contre Wiko. Fondée en 2006, cette société marseillaise est en conflit avec la marque chinoise Wiko, fondée en 2010. Wico accuse son homonyme de lui porter préjudice en ayant créé, de par son nom, une confusion auprès de sa clientèle, d’autant que les deux entreprises travaillent dans le même domaine. Bien que des négociations aient été engagées depuis 2013 par Wico, elles n’ont pas abouti, conduisant l’entreprise française à attaquer l’entreprise chinoise à en justice.

Wico contre Wiko, un litige de plusieurs années

L’homonymie entre les noms Wico et Wiko constitue l’origine du litige opposant les deux entreprises. Ce doublon serait probablement resté anecdotique si les deux entités n’appartenaient pas au même paysage industriel. Or, Wiko construit des téléphones portables commercialisés en France, Wico conçoit des infrastructures de télécommunications dans l’hexagone. L’assimilation potentielle des deux marques pousse Wico à vouloir trouver un accord de co-existence avec Wiko. En effet, Wico aurait subi les conséquences des polémiques autour des conditions de travail dans les usines chinoises de Wiko en perdant sa clientèle. Wiko porterait donc préjudice à Wico.

Une audience en 2019

La direction de Wico, n’étant pas parvenue à un accord à l’amiable avec Wiko, demande aujourd’hui 30 millions d’euros de dédommagement pour leurs pertes entre 2011 et 2016. Elle accuse Wiko de contrefaçon et exige que le nom Wiko ne puisse plus être utilisé. En retour, les avocats de la société chinoise estiment que les gérants de Wico cherchent obtenir de l’argent sur des bases légales infondées, d’où l’absence d’accord à l’amiable. Si la date exacte de l’audience n’est pas encore connue, elle devrait se tenir très prochainement au Tribunal de Grande Instance de Paris.

Retrouvez plus d’informations sur l’actualités du commerce illicite en Europe, la contrefaçon sur Eurobsit.

5/5 - (1 vote)
Articlе Spоnsоrisé